Delphine Boël : « Obsession de la vérité – la recherche à tout prix de la sincérité »

On l’avait surtout connue excessive. Les couleurs flashy de ses œuvres en 3D semblaient interpeller le visiteur d’un seul cri. Pour sa prochaine expo, chez Guy Pieters, à Knokke, elle revient plus sereine, plus sobre, avec une série de toiles et de sculptures inédites, déclinées autour d’un même concept : le Blabla… Ou « Obsession de la vérité – la recherche à tout prix de la sincérité ». Rencontre.

Spacieuse et lumineuse, sa maison est à son image : accueillante, pleine de vie et de couleurs. Ici, se côtoient pêle-mêle : jouets, toiles de l’artiste et dessins d’enfants. Son atelier s’y intègre parfaitement, comme une extension naturelle de l’espace familial. Chaque pièce de la maison est habitée par la créativité et reflète l’esprit d’une jeune femme résolument moderne : artiste, épouse, mère. Car celle qui se définit avant tout comme quelqu’un de très terre-à-terre excelle dans l’art de jongler, au quotidien, avec les différentes facettes de sa personnalité.

Ce qui caractérise in prime Delphine Boël, c’est sans aucun doute sa sincérité. Entière, anticonformiste, elle se nourrit de ses émotions, de ses expériences, pour exprimer avec beaucoup de spontanéité sa manière d’appréhender la vie et les rapports humains. Aussi, le thème de sa nouvelle exposition, « Obsession de la vérité – la recherche à tout prix de la sincérité », aborde sans fard sa vision intime la vacuité des relations sociales, parfois très superficielles, de notre société bruxelloise. Ses « blablas », obsessionnels, compulsifs, déclinés en mandalas ou reproduits laborieusement sous différentes formes, ont toujours, comme ses œuvres précédentes, cette touche d’humour et de dérision qui caractérise leur auteur… qui confirme : « L’humour est pour moi une forme de carapace nécessaire. Cela doit être lié à la culture anglaise, dans laquelle j’ai baigné depuis l’âge de neuf ans. A Londres, les personnalités se sentent beaucoup plus libres d’exprimer leur originalité, on a moins facilement peur d’être taxé d’excentrique. Et cet humour « so british » anime joyeusement la vie sociale. » Si certaines toiles exposent les couleurs pop qu’elle affectionne et rendent dès lors une sensation de légèreté, elles ne sont certes pas dénuées de profondeur… il y a toujours un paradoxe entre la couleur, joyeuse, presque enfantine et le message contenu… So Delphine !

Les petites phrases de Delphine Boël

« Truth can set you free »
« My great consolation in life is to say what I think »
« It’s better to die on your feet than live on your knees »
« A child gives birth to his mother »
« We have to make this world a better place »
« Life is brief, art is long »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s