Redu : au cœur de la forêt… des livres

Niché au creux d’un pays de divines forêts peuplées de fées, de sorcières et de feux-follets, le petit village ardennais de Redu se targue d’un riche passé de onze siècles. On y est d’emblée séduit par la beauté sauvage de son paysage enchanteur, berceau d’une Haute-Lesse ondulante. Les maisons rurales en pierre brune du pays ou aux techniques simples en colombage confèrent aux lieux un esprit rural charmant. nathalie kuborn

Ce décor idyllique fut chanté par Petrarque, qui composa dans la région de célèbres « canzoni » pour Laure de Noves, muse ardemment célébrée tout au long de ses poèmes éperdus d’amour. C’est également près de Redu que La Fontaine Salée prend sa source. La légende lui confère des pouvoirs curatifs, autrefois dispensés par Jésus et Saint Pierre aux habitants de Daverdisse, frappés par la dysenterie. Aujourd’hui, la renommée de Redu, terre de contrastes mariant nature sauvage, agriculture, culture et technologie d’avant-garde, atteint des dimensions mondiales. D’une part, grâce à l’implantation de l’Agence Spatiale Européenne et de l’Euro Space Center, de l’autre, par le développement du Village du Livre, qui attire chaque année des milliers d’amateurs de livres et de belles scènes naturelles.

Genèse d’une aventure bibliophile

La grande épopée du village du livre est née au début des années 80. Exercice de foi, amour bibliophile indéfectible d’une poignée d’hommes, elle naît un peu par hasard, sous l’impulsion de Noël Anselot, un enfant du pays. La passion du bibliophile amenait systématiquement ce journaliste curieux à visiter les antiquaires du livre lors de ses déplacements. C’est ainsi qu’en 1981, il rencontra Richard Booth, un excentrique anglais, fondateur du premier village du livre d’occasion au monde, à Haye-on-Wye, au Pays de Galles. Par le plus grand des hasards, celui-ci avait acquis une fabuleuse collection de plus de trente mille titres de livres imprimés, rares et précieux pour la plupart – dont des milliers de manuscrits – provenant d’un célèbre château … du Condroz ! Noël Anselot lui racheta l’entièreté de la collection et la fit rapatrier en camion à Redu par Booth, qui tomba amoureux de l’Ardenne, dont il devint dès lors un visiteur régulier. Devenus amis, ce dernier suggéra de faire de Redu un deuxième village du livre. Noël Anselot, emballé par l’idée, décida donc de convertir en librairie une ancienne fermette située en face de l’église, au cœur du village. L’exploitation allait reposer sur un réseau d’acheteurs constitué de bibliophiles, de collectionneurs, d’érudits et de spécialistes, tout en établissant parallèlement un contact avec les grandes bibliothèques publiques et universitaires belges et étrangères, les Archives nationales de divers pays, de même qu’avec les grandes académies et sociétés savantes à travers le monde… Il collecte des pièces souvent rares, précieuses et uniques, dont de très belles reliures anciennes conférant à sa libraire un statut de centre d’Antiquariat important.

Autre moment clé de cette merveilleuse aventure : la rencontre, en 1983, avec Gérard Valet, producteur de l’émission radiophonique « Point de Mire », sur les ondes de la RTBF, qui lui rendit visite l’année suivante à Redu. Une bouteille de Bourgogne plus tard, le projet du Village du Livre était né… Son point de départ ? Une fête du livre, prévue six semaines plus tard ! Leur plan d’attaque : pour Noël Anselot, il s’agissait d’alerter ses amis libraires – antiquaires – il écrivit une centaine de lettres aux bouquinistes de Belgique – et de toucher simultanément ses nombreux amis de la presse nationale. De son côté, Gérard Valet offrit au projet tout l’espace médiatique qu’il pouvait sur les petits écrans. Et réalisa même à cet effet un documentaire à Haye-on-Wye. Une mobilisation sans relâche, à laquelle le bourgmestre Léon Magin et Henri Lambert joignirent leurs énergies. A travers le village, les habitants, pour la plupart des cultivateurs retraités, allaient mettre à disposition des candidats libraires et artisans : maisons vides, granges, écuries, étables et garages non utilisés. Tous ces biens désaffectés devenaient ainsi source de revenus.

Enfin, le grand jour arrive ! Le samedi 21 avril semble béni des Dieux… Au rendez-vous : non seulement une soixante d’exposants professionnels ou amateurs, mais aussi un soleil radieux conférant à la journée cette touche magique qui enchanta les quelques 15000 visiteurs. Le résultat dépasse toutes les espérances, un vent nouveau souffle sur Redu ! Alors que la révolution industrielle avait condamné sans pitié les petites exploitations agricoles ne parvenant plus à nourrir des familles nombreuses, que les bancs de l’école étaient désertés par l’exode vers les villes, c’étaient à présent artisans, auteurs, particuliers, libraires et bouquinistes, qui allaient insuffler à Redu toute sa nouvelle dimension culturelle et lui faire prendre, au tournant de cet opportun virage, une nouvelle vie. A l’issue des festivités, une demi-douzaine d’exposants décida d’installer boutique et de prolonger cette merveilleuse aventure : Redu Village du Livre était né.

 Les artisans d’un passé si présent

Aujourd’hui, le charme de Redu en anime chaque recoin : en balade à travers ses petites rues pittoresques, passée la porte d’une librairie spécialisée, qu’elle soit héraldique, gastronomique, ou consacrée à l’univers de la bande dessinée… Mais ce village unique offre également à ses visiteurs la possibilité de découvrir les métiers anciens liés à la fabrication du livre. Ainsi en est-il de la Fabrique de papier à la cuve. René Lefer, son charmant locataire, est un homme qui semble sortir tout droit d’un grimoire d’époque. Alchimiste passionné, il voue tout son talent à la fabrication du papier à l’ancienne. Sur les étagères boisées de son atelier pittoresque, les pots de fleurs de souci, camomille, rhubarbe, houblon, basilic, lavande, ciboulette, bleuets et autres fleurs ou plantes, n’attendent que son inspiration pour imprégner ses créations de leurs empreintes subtiles. Teintés, aromatisés, marbrés ou recyclés, ses imprimés ont le charme unique des fabrications réalisées avec tout l’amour et le savoir-faire des grands artisans, pour lesquels la technique n’a plus de secrets et l’inspiration, de limites. Formé par André Colpin, maître en la matière, il ouvre sa fabrique aux jeunes générations et leur dévoile, pour leur plus grande fascination, toutes les étapes de création de ses papiers authentiques et originaux.

Autre point d’intérêt, la Librairie Ardennaise, tenue par Paul Brandeleer, l’un des pionniers du Village du Livre. Ici, il a dédié une partie de son espace à l’aménagement d’un Musée des Imprimés. Sa vocation : retracer, à travers différentes machines et outils collectés dans la région, toute l’histoire de l’Imprimerie depuis son invention par Gutenberg, en 1455.  Machine à pédale, pointilleuse, Heidelberg originale, machine à coup de poing, « Planeta »… par ses connaissances et sa collection d’appareillages judicieusement composée, il nous replonge dans un passé devenu obsolète depuis l’apparition du numérique.

L’avenir… plein de promesses

Mais Redu est aussi synonyme de plateforme pour l’espace et le futur. Avec la mise en service, le 31 décembre 1967, de l’Agence Spatiale Européenne et la création, en juin 1991, de l’Euro Space Center, les regards se tournent résolument vers l’avenir : création d’un incubateur d’entreprises, liaisons entre l’ESA et l’ESC grâce à un système de transmission de données par fibres optiques… le dynamisme de ces deux institutions majeures en fait un pôle spatial mondial. Et, sous les feux de la rampe, le développement du système GPS européen Galileo.

Par ses charmes naturels, ses atouts culturels, ses saveurs gastronomiques et ses ambitions futuristes, la région a de très beaux jours devant elle…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s