Les visions chamaniques de Solange Knopf

Des pages anciennes de Baudelaire (un auteur parmi ses privilégiés), des télégrammes maculés, archives familiales invitant à la nostalgie de ce qui nous a précédés, ou sur feuille vierge, initialement immaculée… Par des taches d’encre, des formes, des figures ou des lettres répétitives, et dans un processus comparable à celui de l’écriture automatique, Solange Knopf transmet les images que lui communiquent les esprits convoqués. Nathalie Kuborn

Trough the black

Au cours de moments intimes précédant l’aube et comparables aux expériences médiumniques, l’artiste trace les contours de ses visions. Face à ces scènes, une angoisse nous prend. Elle nous saisit dans notre stupeur. A l’instar des images qui l’animent, elle se contracte dans le ventre, se fige sur un visage, même sans corps, le regard livide. Transperçant l’au-delà, leurs esprits nous fixent avec effroi. Et par un effet miroir, ces fantômes nous confrontent à nos propres peurs…

D’une sanguine à l’autre, un cortège de masques nous plonge au cœur de nos obsessions, des tourments générés par la nostalgie : celle de la famille, de l’amour, de cette harmonie – l’unité, dont nous nous sentons usurpés…. Ils en expriment toute l’angoisse. Hallucinés, parfois hideux, ils existent dans une réalité qui leur est propre, une réalité quasi-monstrueuse, inconcevable dans le cadre communément admis de notre perception. Comme provenues d’une « réalité-réelle », ou « über-réalité », célébrée notamment dans la littérature védique ou transmise par l’expérience chamanique, les visions de Solange Knopf permettent au spectateur sensible un accès à la conscience dite universelle, ou un accès à l’histoire du monde et à tout le tragique que celle-ci comporte. Tandis qu’à s’y projeter, l’esprit peut prendre son envol pour atteindre d’autres dimensions, les petits cercles obsessionnels qui constituent l’essentiel du tableau lui permettent de conserver son ancrage, à l’instar des incantations frénétiques des chamanes en extase. Le cercle, dans sa rondeur terrienne et cosmique – « la toile est un cercle parfait mais il y a un trou dans le centre du cercle. Employez la toile pour vous aider ainsi que votre peuple à atteindre vos buts et à faire bon emploi des idées de votre peuple, ses rêves et visions. Si vous croyez dans le Grand Esprit, la toile attrapera vos bonnes idées et les mauvaises seront dirigées dans le trou du néant » (tradition amérindienne). La fascination nous saisit.

Sanguine feeling

Aux côtés de l’angoisse, et comme pour y répondre, la réconciliation n’est jamais loin. L’esprit de la nature retrouve alors son unité, sa sérénité. Ici encore, les symboles représentés nous invitent à une lecture chamanique (et elle est d’autant plus étonnante que Solange Knopf n’a pas de connaissance approfondie du savoir amérindien !), par la composition spontanée de tableaux comportant des emblèmes mythologiques et mystiques : des figures telles celles de la femme, la déesse-mère, porteuse de vie, gage de fertilité, symbole ancestral de l’éternel recommencement… La chouette, oiseau messager, symbole de transmission ésotérique, prédomine également dans ces visions, et nous octroie sa protection. La gueule du loup surgit ci et là, nous incitant à faire face à nos enfers pour mieux les comprendre et les accepter. Ailleurs, un petit poisson allaite au sein dans la mer (mère)… les forces de la vie, rassemblées en une seule fresque, se composent dès lors en gage d’un retour possible à l’unité ancestrale. Réunies, ces images nous invitent à un voyage au-delà des portes de notre perception, là où les choses nous apparaîtraient comme elles sont…

Ce voyage initiatique s’impose comme évidence mais pas sans un effort courageux. Car encore faut-il avoir la force de l’accomplir pour qu’il prenne tout son sens, être capable de faire face à ce que nous portons de plus mystérieux en nous… même si ce mystère devait être effrayant à dévoiler.

You and me and the ohers

« Solange Knopf est une visionnaire, nous sommes étourdis,
dans un mal-etre pacifié par la beauté de ses compositions énigmatiques;
Solange est un vrai peintre , à la fois viscérale et mentale.
Ses papiers nous appellent et nous rejettent.
C’est cela la fascination! »
Extrait du texte « Fascination » – Jacques Sojcher
Solange Knopf – « Fascination »
Musée d’Art Spontané
27, rue de la constitution – 1030 Bruxelles
Du mardi au samedi de 13 à 17h
Jusqu’ au 31 /03 /12

Une réflexion sur “Les visions chamaniques de Solange Knopf

  1. Goldwicht dit :

    Vos mots sonnent très justes, ils esquissent à merveille la profondeur d’un sacré qui précède le savoir, les traits de Solange sont comme une écriture avant l’écriture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s