L’appel de l’Arctique

Le vendredi 4 septembre 2009, Patrick Reader devenait le premier belge à rallier à la voile d’Ouest en Est le mythique passage du Nord Ouest de l’océan arctique, suivant en équipe les traces de Roald Amundsen, qui en avait ouvert la voie entre 1903 et 1906. Il nous a raconté son épopée en mots et en images, à travers un livre qui lance un message engagé pour la préservation de notre planète.

20121006-131052.jpg

Enfant, il scrutait l’horizon de notre mer du Nord des heures durant en rêvant de son au-delà. Sportif, Patrick Reader est un aventurier dans l’âme. Très vite, l’appel du large le mène à l’action… « J’ai toujours été attiré par les charmes de l’imprévisible Arctique, la féérie des lumières et des teintes boréales,… et j’avais envie d’aller à la rencontre des villages inuits aux confins du monde pour comprendre leur coutumes, leurs modes de vie. Je trouvais fascinant de revivre sportivement et culturellement les épopées de ces vaillants marins qui souhaitaient conquérir l’Arctique il y a quelques siècles – tel le célèbre explorateur polaire norvégien Roald Amundsen,… c’était pour moi l’occasion de vivre intensément une aventure unique, extraordinaire, dotée de surprises riches en émotions et chargées d’adrénaline. De plus, ce type d’expédition implique un dépassement et l’approfondissement de soi, on y découvre des potentiels cachés. On y ressent une certaine liberté de penser, la plénitude des horizons infinis, la sérénité des lieux… Enfin, je souhaitais observer in situ la réalité de la fonte rapide de la banquise arctique durant la courte période de l’été et revenir ici pour partager mes observations – sensibiliser tout un chacun aux merveilles des latitudes nordiques…

20121006-131143.jpg

Ainsi, sans céder à la tentation de faire de l’alarmisme, il nous délivre un message fort : « Notre planète, notre Nature, et en particulier l’Arctique, regorgent de secrets fragiles ô combien sublimes qui méritent bien plus notre attention. Par des actions ici, chez nous, aussi infimes soient elles, chacun peut prendre conscience qu’il a un rôle certain à jouer ! L’éducation est primordiale dans ce domaine. Notre enseignement devrait, me semble t’il, s’orienter vers davantage de cours pratiques liés à l’environnement, au bien être, aux produits du terroir, au sens de notre planète, au « civisme écosystèmique ». En rendant notamment obligatoire, pour l’obtention du diplôme de la rhétorique, un « stage éducatif (social, humanitaire, environnemental) de 6 mois. Imaginez-vous le bouleversement culturel l’ouverture de notre jeunesse vers autrui, vers les plus faibles, les plus démunis vers une Nature déjà si fragile… quelle spirale positive cela créerait ! J’appelle cela le « renouveau sociétal et environnemental » (RSE) : par les jeunes, avec les jeunes et pour tous… Au-delà de l’éducation et de la prévention, la contrainte est aussi un pôle à ne pas ignorer : savoir sanctionner ceux qui ne respectent pas les lois en vigueur dans le domaine de l’environnement, de la protection des océans, du littoral… La politique mondiale devrait également investir davantage dans la recherche scientifique, définir des stratégies d’anticipation face aux émissions de C02, aux développements des pays du Tiers monde, et que l’océan arctique soit déclaré Patrimoine de l’Humanité, où seules les activités scientifiques et pacifiques seraient admises. »

20121006-131219.jpg

Patrick Reader : « L’Appel de l’Arctique », Editions Arctic05, International Polar Organisation

http://www.arctic05.org

20121006-131018.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s