Rusalka, petite sirène à la dérive

L’avant-dernier opéra d’Anton Dvorak nous emmène en voyage dans un univers urbain enchanteur peuplé de sirènes, d’ondines et de mélusines… Mise en scène à la Monnaie par Stephan Herheim, qui la transpose ici et maintenant, cette œuvre majeure révèle sa dimension psychanalytique fascinante.

photo - Karl Foster

Dans la mythologie slave, « Rusalka », signifie « créature des eaux ». Tiré du conte « La Petite Sirène » d’Hans Christian Andersen, le livret qui a inspiré Dvorak, sous la plume de Jaroslav Kvapil, nous raconte l’histoire d’une belle ondine (ici, dans une version contemporaine « écumeuse de trottoirs ») qui tombe amoureuse d’un prince. Elle fait part de ses sentiments à la lune, avant d’implorer la sorcière Jezibaba. Celle-ci lui promet de rendre son amour possible en lui offrant une forme humaine en échange de sa voix. Prise au piège de sa passion, Rusalka consent au sacrifice…

Portée en 2008 sur la scène de la Monnaie, la création sublime de Rusalka n’a cessé de fasciner : par sa richesse visuelle, son audace dramaturgique et ses surprises. Pour autant, l’interprétation de Stephan Herheim ne se limite pas à une série d’effets artistiques. Sensible à la richesse psychologique des contes et légendes qui abordent les problèmes auxquels est éternellement confronté l’être humain et révèlent ses angoisses les plus profondes, il pose, à travers sa mise en scène, la question (essentielle pour tout artiste) de la définition de la réalité, volontairement traitée de manière hyper réaliste comme pour élargir nos possibilités d’identification. Les éléments du conte y prennent parfois des dimensions angoissantes, et cette production pleine de poésie peut également être lue comme une étude psychanalytique contemporaine des fantasmes des hommes et des archétypes féminins. La métamorphose de Rusalka devient dès lors l’occasion d’explorer les méandres complexes du désir des hommes face aux visages multiples de toute femme.

Du 6 au 16 mars
http://www.lamonnaie.be

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s