Trinh Xuan Thuan : « Nous sommes tous des poussières d’étoiles… »

Il a le sourire au coin des yeux et le regard qui pétille d’intelligence. Un reflet des étoiles qui brillent dans ses pupilles, à tant les plonger dans le cosmos ? L’astrophysicien vietnamien Trinh Xuan Thuan était de passage à Bruxelles pour nous présenter son nouveau livre « Le Cosmos et le Lotus ».

C’est le cours du destin, ou le fameux « chaos scientifique » du hasard qui orienté les pas de Trinh Xuan Thuan aux moments déterminants de sa vie. De son enfance au Viêtnam, en parallèle avec les événements historiques tragiques qui ont frappé son pays, à l’aventure américaine de l’apprentissage et de la recherche, Trinh Xuan Thuan nous raconte les événements marquants de son existence : la séparation du jeune étudiant avec sa famille lorsqu’il décroche une bourse à l’université de Virginie, l’enfermement de son père lors de la défaite du Sud, leurs retrouvailles miraculeuses et les moments clé de sa carrière passionnante. Un récit tout en sensibilité, où il nous décrit sa première extase cosmique : « L’expérience scientifique déterminante sur l’orientation de ma carrière s’est produite la nuit où j’ai découvert pour la première fois la lumière cosmique qui nous provient depuis des milliards et des milliards d’années, avant même que les atomes de mon corps n’aient été créés grâce aux poussières d’étoiles, cela a provoqué une grande émotion en moi. »

Au-delà de son parcours personnel, Trinh Xuan Thuan revisite l’évolution de la science occidentale et les mouvements philosophiques qui y sont liés. Brillant, curieux de tout, il nous initie, à travers la recherche scientifique, aux tentatives humaines sans cesse renouvelées de découvrir les lois fondamentales de l’univers et de la vie, et d’approcher le « Saint Graal », ou la réalité ultime. Profondément ancré dans la tradition bouddhiste, il établit les convergences entre science et spiritualité, celle-ci étant nécessaire à l’enrichissement de la connaissance. Car pour Trinh Xuan Thuan, les progrès de la science se doivent de s’accompagner d’une plus grande conscience et il nous invite à emprunter une voie d’intelligence ouverte : « Si nous avions tous conscience que notre origine est commune, que nous sommes tous issus des poussières d’étoiles, et que la création est basée sur l’interdépendance de ses composants, nous abolirions les frontières physiques et mentales qui nous séparent. Notre société nous bombarde de valeurs matérialistes et de besoins artificiels. Nous accordons trop d’importance aux choses au lieu de plonger notre regard à l’intérieur de nous-même. Mais avons-nous pour autant le bonheur ? Je reste persuadé qu’un véritable progrès passe par la connaissance et la spiritualité, qui en sont les clés. »

Trinh Xuan Than : « Le cosmos et le lotus », Albin Michel, 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s